UN JOUR SI BLANC

Dans une petite ville perdue d’Islande, un commissaire de police en congé soupçonne un homme du coin d’avoir eu une aventure avec sa femme récemment décédée dans un accident de voiture. Sa recherche de la vérité tourne à l’obsession. Celle-ci s’intensifie et le mène inévitablement à se mettre en danger, lui et ses proches. Une histoire de deuil, de vengeance et d’amour inconditionnel. 

Un jour si blanc débute par un accident avec une voiture qui disparaît dans la brume. Puis une ellipse et le temps défile à travers une simple et formidable idée de mise en scène. Palmason décrit l’après, le deuil, l’absence, dans une nature qui reste assez sauvage. Les chevaux s’invitent par surprise dans le salon et on assomme les poissons fraichement pêchés sur le coin d’une table. Le héros du film est une quinquagénaire devenu veuf, qui ne sait que faire de son chagrin et qui va être peu à peu noyé par son obsession. Jusqu’où donc va aller cette pierre qui dévale ? Cela pourrait faire l’objet d’un thriller, mais au dénouement à suspens Palmason privilégie le drame psychologique. Le film ne cherche pas du tout à séduire avec son héros tourmenté par une jalousie tardive et plus taciturne qu'un glacier islandais. L'acteur qui l'interprète, Ingvar Sigurdsson, que l'on connait bien, est d'ailleurs tout à fait prodigieux. Le côté abrasif de Un jour si blanc est heureusement atténué par la très belle relation entre le personnage principal et sa petite-fille, une gamine extraordinaire dont l'intelligence intuitive compense la lourdeur des machos qui l'entourent. L’étrangeté habitait tout Winter Brothers, ici tout est beaucoup plus accessible et surtout extrêmement émouvant in fine, le deuxième long-métrage de Palmason est à l'image des paysages islandais : rude et parfois austère mais très beau, à condition que le climat soit apaisé. 

Tarif spécial de 5€ à 5,50€ pour les adhérents de Ciné’Fil !

Joomla templates by a4joomla