TRILOGIE HAL HARTLEY

À l’orée des années 1990, voilà presque trente ans, un jeune homme à la voix basse et au regard mélancolique, à peine sorti de ses études de cinéma à New York, est devenu en un éclair la coqueluche du cinéma indépendant américain, le temps d’une poignée de films très remarqués qui imposèrent alors un ton nouveau. Pendant quatre ans (de 1989 à 1992), personne ne fut plus en vue que Hal Hartley, dont le cinéma d’inspiration européenne apparut comme une
petite bulle de déphasage, de détachement, de distinction et de candeur dans un monde d’images toujours plus accélérées et cyniques. Lemonde.fr
The Unbelievable Truth (1989)
Josh Hutton, suite à un séjour en prison pour meurtre, retourne dans son village natal. Il rencontre Audry, toute jeune fille avec laquelle il sympathise. Elle lui propose de travailler pour son père qui tient un garage. Excellent mécanicien, il l’embauche, mais il voit d’un mauvais œil Josh tomber peu a peu sous le charme de sa fille.
Trust Me (1990)
Maria est enceinte mais son petit ami préfère pratiquer le football que de l’aider. Lorsqu'elle apprend à ses parents qu'elle va quitter ses études pour élever seule l'enfant, son père meurt d'une attaque. Sa mère la juge responsable du drame et la chasse, et Maria va faire la connaissance de Matthew, un homme ténébreux qui va la prendre sous son aile.
Simple Men (1992)
Dennis et Bill McCabe sont deux frères totalement différents : si le premier est un étudiant timide, le second est un petit délinquant qui sort d’une relation compliquée ayant juré sa vengeance sur les femmes après que sa petite amie l’a quitté. Dennis propose à Bill de partir à la recherche de leur père, un révolutionnaire disparu une vingtaine d’années auparavant.

Joomla templates by a4joomla