BACURAU

Un film De Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles 
Avec Sônia Braga, Udo Kier, Barbara Colen..

Dans un futur proche... Le village de Bacurau dans le sertão brésilien fait le deuil de sa matriarche Carmelita qui s’est éteinte à 94 ans.
Quelques jours plus tard, les habitants remarquent que Bacurau a disparu de la carte.
Placée vaguement dans le temps "d’ici quelques années", l’intrigue concoctée par les deux cinéastes nous propulse du ciel étoilé jusqu’à la planète Terre, plus précisément au Brésil dans le sillage d’un camion transportant de l’eau potable et sillonnant une très vaste étendue quasi
inhabitée. De routes secondaires en chemins de terre, on croise finalement un panneau "Bacurau, si tu viens, c’est en paix" après avoir appris que le village a été spolié de son accès à l’eau et que Lunga, un hors-la-loi, se cache dans les environs sans que personne ne souhaite le dénoncer....
Déclinant une partition étonnante dans une tonalité décalée qui évite soigneusement les clichés, Bacurau est une œuvre chorale qui ne se laisse pas apprivoiser facilement tant elle zigzague entre les genres, mais qui donne sa pleine mesure au fur et à mesure de sa progression.
Évidemment anti-impérialiste, le film illustre un esprit de résistance insurrectionnel, la foi dans un héritage culturel commun et un art subtil (doté d’une bonne dose
d’ironie) du camouflage cinématographique revisitant dans un mélange de modernité et de simplicité archaïque les codes de la tradition brésilienne (Antonio Das Mortes de Glauber Rocha par exemple), ceux du western classique et ses transpositions plus contemporaines.
Un exercice de style en miroir inversé au sang chaud et à l’humour noir qui se déguste sans modération.
Cineuropa.org
Joomla templates by a4joomla